Expressions en vers

A l’annonce du contenu, une surprise
Paniers de poissons réglés sont récupérés
Dans la liste enregistrée, des noms se déguisent
Inconnus, il faut comprendre, déboussolés.

Si il ou elle ne vient pas, quel embarras !
Appel: « qui voudrait du panier supplémentaire ? »
Si la personne se présente, pourquoi pas ?
Mais l’adhésion à l’AMAP reste nécessaire.

Etre acteur et actrice dans l’association
C’est s’éloigner de la simple consommation
Non inscrit et non inscrite, libérez-vous !
Adhérez pour un choix respectueux, avec nous !

David
(18/10/2018)

 

Et oui ! Les poissons sont à nouveau de sortie
Afin d’alimenter nos paniers de rentrée
Retrouver ces aquatiques péripéties
Pour notre réunion mensuelle « improvisée ».

Le 100% bio n’existe pas sur la Terre
Voiture électrique écologique non plus
Pourtant, ces choix de vie semblent tous salutaires
Afin de contrarier les pollutions connues.

Avant d’avoir les moyens de fuir la planète
Si maltraitée par « l’homo economicus »
Agissons tous autrement, saperlipopette !
Plutôt « poeticus que mythologicus ».

Bien sûr, ne pas remplacer les lobbys polluants
Par d’autres lobbys, beaucoup plus écologiques
Prenons de la distance, soyons vigilants !
Pour un intérêt commun, si symptomatique.

Pardon pour la digression autour du poisson !
Ne me tenez pas rigueur de ladite humeur !
Car, je me soigne par la versification
En cas de gêne, je changerai le curseur.

David
(01/09/2018)

 

A quand les arbres à poissons?

Qui poussent au milieu des rivières

Faisant des bonds, parmi les fruits de Cythère 

Reflets argentés des écailles 

Comme une offrande aux fiançailles  

Le festin des amoureux, sans arrêtes 

Plaisirs des grands fonds de nos rêves.

Que vienne le temps des poissons en bourgeons,

Cachés dans les jardins de l’imagination.

 

Christian Herrero
(10/05/2018)

Finalement, tous les mois de mai se ressemblent
Un doute sur l'avenir, plus ou moins présent
On questionne, chaque fois, le temps, il me semble
Les esprits, iront-ils vers un réchauffement?

Deux camps, deux violences, pour quelles conséquences?
Celles de traduire notre échec à construire
A vivre ensemble sereinement, sans défiance
Vers une "éthique complexe", j'ose vous dire.

Carassin doré, dans son bocal
Omble chevalier, enfumé
Napoléon, ciel d’azur
Sigan corail, qui se faufile
Opah, rougeoie sur les bordures
Mirandelle, sans plumes sans ailes
Motelle, sur canapé
'
Amour blanc, mais sincère
Chapon, tout feu tout flamme
Tétraodon, montgolfière empoisonnée
Epinochette, bijou en parure
Uranoscope, rat des mers
Roucaou, du bleu du jaune du roux
Sériole, si proche de l’air toujours dans l’eau

Christian Herrero
(04/2018)

 

"Fake news" ou harcèlement du "poisson d'avril"
Nous permet, aujourd'hui, des relations sereines
Ah! Toutes ces infos urgentes et futiles
Donnant grand espoir en la condition humaine.

Le poisson qui n'entend pas nos dénigrements
Le poisson qui ne voit pas les folies des hommes
Le poisson ne dénigre pas non plus, vraiment!
Il arrive, plus discret que nous tous, en somme!

David Leriche
(04/04/2018)

S'il y a de l'eau sur Mars, ..., aussi du poisson?
En attendant, en mars, restons sur cette terre
Et même dans l'eau, pour retrouver l'occasion
De prendre un panier, avec un peu de mystère.

Au fil de la vie, il y a surtout des mots
Qui distinguent le superflu de l'important
Aussi, l'existence souffre avec tous ses maux
Mais, la résilience va et vient par instant.

David
(6/03/2018)

 

Des poissons en giboulées
En fines pluies dans l’assiette
Joindre le zeste à l’agréable
S’enfiler les filets sous les molaires
L’estomac rassasié, en jachère
Jusqu’au jusqu’au prochain met
Livré en avril ou en mai, de mars ou d’ailleurs
Interminable attente du meilleurs.

Christian Herrero
08/03/2018

La Seine a l'occasion de se mettre en scène
Pas de la meilleure manière et elle inquiète
Marron, elle déborde, cherchons un mécène
Pour sauver nos maisons, nos meubles et nos têtes.
Associée avec la pluie, le spectacle dure
Quel spectacle! Faut-il surélever nos murs?

Les harceleurs inondent aussi la planète
Malgré la décrue, l'eau coulera sous les ponts
Tous harceleurs dans cette ignorance du "NON!"
Considération à prendre, loin d'une bête.

Vous avez donc, survécu à toutes ces fêtes
Aux pharyngites, à la grippe qui s'agite
Sans perdre, bien sûr, la tête entre deux tempêtes
Passées ou à venir, les années passent vite.

Tout ça pour vous souhaiter une bonne année !
Et vous inviter à nouveau à vous inscrire
Pour un panier de poissons, toujours préparés
Par le père Antoine et compagnie, ..., Mort De Rire !

David
(10/01/2018)